Archives des Tags: philippe grosvalet

Meeting départemental de « Loire-Atlantique à gauche 2015 »

10530686_1576193812610175_9108585456541149609_nPhilippe Grosvalet et les candidat-e-s de Loire-Atlantique à gauche vous invitent à un meeting pour les élections départementales : le jeudi 19 mars à 20h, à La Trocardière à Rezé.

Avec les interventions de : Gérard Allard, maire de Rezé, Elisabeth Cruaud, maire de La Chevallerais, Johanna Rolland, maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre, député de Loire-Atlantique.…

Désignation des candidat-e-s socialistes pour les élections départementales

urne-psLes militants socialistes de 47 sections de Loire-Atlantique se sont mobilisés ce mercredi 3 décembre afin de voter pour leurs candidats aux élections départementales organisées les 22 et 29 mars prochains.

Une nouvelle fois, le Parti socialiste a fait confiance à la démocratie interne qui fait la richesse de ce parti : ce sont les militants qui désignent celles et ceux qui les représenteront devant le suffrage universel.…

Christiane Taubira victime de racisme : l’extrême droite cherche à affaiblir la République (par Philippe Grosvalet)

 PRESSE  Tribune de Philippe Grosvalet, Président du Conseil général de Loire-Atlantique, publiée sur Le Plus Nouvel Obs.Alors que nous commémorons le centenaire de la Grande Guerre, les paroles de Jaurès, défenseur acharné de la paix, prennent un écho particulier. "Quel que soit l'être de chair et de sang qui vient à la vie, s'il a figure d'homme, il porte en lui le droit humain."

« En Pays de la Loire, des territoires solidaires »

Samedi 19 octobre, plus de 400 militant-e-s, élu-e-s et têtes de listes socialistes étaient réunis à Angers pour la Convention régionale des fédérations PS des Pays de la Loire. Une première, pour parler de l'avenir de nos territoires, et une réussite, placée sous le signe des solidarités !

Mobilisation contre la pauvreté : le gouvernement agit pour l’accès aux droits

Le gouvernement a lancé son plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, qui représente un engagement de 2,5 milliards d’euros d’ici 2017. Une urgence quand on sait que la pauvreté est passée de 12,9 % de la population en 2002 à près de 15 % en 2012. C’en est fini de la stigmatisation à l’égard des plus pauvres : la précarité est en effet le triste résultat d’une logique économique impitoyable dont les victimes ne sont pas responsables.