Le climat social au Conseil régional victime de la campagne de François Fillon

Depuis quelques semaines le climat social s’est rapidement dégradé au sein du Conseil régional.

• Les syndicats dénoncent une réorganisation non concertée
Que Bruno Retailleau ait décidé de réorganiser les services pour les adapter aux nouvelles priorités fixées par sa majorité politique, c’est normal. Mais cette réorganisation a été annoncée comme devant se faire en tenant compte des compétences et des souhaits de chaque agent et après une véritable concertation avec les représentants du personnel. Pour les syndicats, ces principes n’ont pas été respectés. La plupart d’entre eux ont marqué leur désaccord, au sein des instances paritaires, en s’abstenant ou en votant contre ce projet de réorganisation.

• La déstabilisation de l’administration régionale est renforcée par la fuite massive des compétences
Aujourd’hui, sur les postes de direction, 16 agents sur 24 ont choisi de partir depuis les élections régionales.

• Les agents publics sont injustement déconsidérés
Malgré des propos de façade élogieux, les déclarations publiques mensongères de Bruno Retailleau sur le temps de travail à la Région ont profondément choqué les agents régionaux. Il leur est insupportable d’entendre leur Président expliquer dans la presse et les médias nationaux qu’il « les a remis au travail ».

• La Région des Pays de la Loire est victime de la campagne de François Fillon
Parce qu’il voulait absolument prouver dans le débat national des primaires de la droite qu’augmenter le temps de travail des fonctionnaires ne poserait pas de problème, Bruno Retailleau a pris des libertés avec la réalité : il a prétendu avoir porté le temps de travail de 33 à 35h ce qui était faux. Les agents du Conseil régional travaillent en moyenne plus de 35 heures et les mesures prises par le nouvel exécutif sont symboliques et dérisoires. Comme la presse a pu le rapporter, elles consistent pour l’essentiel en la suppression de deux jours de congés exceptionnels qui avaient été accordés par … François Fillon avant 2004 !
Sur ce point, Bruno Retailleau a dû reconnaître son erreur et présenter des excuses. La Région est-elle à ce point secondaire pour son Président qu’il prenne le risque de semer le trouble dans ses services pour servir ses intérêts politiques nationaux ?

• Quand les faits, à Nantes, contredisent Bruno Retailleau à Paris auprès de François Fillon, le « laboratoire » a mauvaise mine…
Bruno Retailleau a beau être un des plus proches conseillers de François Fillon, le grand écart entre Paris et Nantes est flagrant. A Paris, le Président de la Région défend l’idée de supprimer 500 000 fonctionnaires. En Pays de la Loire, la réalité est bien différente. Le budget dédié aux
« charges de personnel » a augmenté de 2,4% en 2016, et il est prévu qu’il augmente de 3,7% en 2017 (avec de nouveaux recrutements).
Cela prouve que la proposition de François Fillon, qui devrait mathématiquement conduire à la suppression de plus de 270 emplois en 5 ans dans l’administration régionale, est aussi irréaliste que dangereuse.
Le « laboratoire » filloniste des Pays de la Loire a décidemment mauvaise mine…

Christophe CLERGEAU
Conseiller régional des Pays de la Loire
Président du groupe socialiste, écologiste, radical et républicain

Stella DUPONT
Conseillère régionale des Pays de la Loire