Édito du 21 mai 2021

  ÉDITO  Journée mondiale de lutte contre les haines anti-LGBTI (IDAHOTB)

Ce 17 Mai se tenait la 16e édition de l’IDAHOTB, journée importante pour marquer la nécessité de lutte pour l’avancée des droits contre les discriminations et contre tout type de haine homophobe. Depuis 2017 sous la présidence Macron, aucune avancée n’a vue le jour, ni sur des nouveaux droits, ni même sur le respect des droits reconnus. La PMA, rare promesse sociétale faite à l’électorat progressiste, n’est toujours pas votée, et la mouture en discussion n’en fera toujours pas un droit commun, au mieux un droit d’exception. Ainsi, à la fin du mandat de Macron, il n’y aura de fait toujours eu aucune naissance par PMA en France.

Même sur un sujet qui ne devrait plus poser la moindre interrogation aux 21e siècle, l’interdiction des thérapies de conversion n’a toujours pas été inscrite par le gouvernement, alors même qu’une proposition de loi existe et a le plein de soutien des associations.

Pire, en plus des reniements, le Président et ses ministres cumulent les clins d’œil à la droite la plus réactionnaire et homophobe – jusqu’à prétendre que ce serait la gauche qui aurait maltraité les réactionnaires homophobes de la Manif pour tous. La réalité est là : depuis plusieurs années les violences anti-LGBTI, y compris des mises à mort violentes, sont en forte hausse en France – et ce n’est pas une année 2020 en trompe-l’œil dû aux longues périodes de confinements, qui doit masquer cette évolution inquiétante.

C’est pourquoi un des enjeux essentiels de ces élections du mois de juin est que le département puisse poursuivre son action de lutte contre toutes ces discriminations et que nous retrouvions une région capable de remettre ces luttes au cœur de son action, et ne plus les saboter comme l’a fait l’actuelle majorité LR.

Vanessa THOMAS, Coordinatrice HES des Pays de la Loire
📸 HES LGBTI+