Édito du 15 janvier 2021

  ÉDITO  Petites leçons à tirer de la crise de la COVID

Le moment n’est probablement pas encore venu de faire un bilan de la gestion de la crise sanitaire mais nous pouvons déjà tirer quelques enseignements de cette interminable pandémie.

D’abord en constatant le renforcement de l’Europe. Elle a organisé la commande puis la répartition des vaccins en fonction de la population des États. Les vaccinations sont gratuites. Puis elle a pris en charge la dette des États luttant contre la récession économique due à l’arrêt d’une partie de la production. Cette prise en charge s’est faite à l’encontre de tout le dogme jusqu’alors en vigueur sur la limitation des déficits des États. Point n’est donc besoin de changer les traités pour changer de politique.

C’est ensuite regretter dans notre pays les difficultés dans l’articulation entre la décision et sa mise en œuvre. Face à la pandémie, il est souhaitable que la stratégie soit nationale. En revanche il faut savoir déléguer la mise en œuvre, ce qui fait défaut dans la politique macronienne. Nous souffrons également d’un défaut de coordination entre l’hôpital public, la santé publique et les soins de proximité, généralistes, infirmiers, pharmaciens. La gauche, de retour au pouvoir, une fois terminée la parenthèse de la république en marche, devra penser à revaloriser ces soins de proximité.

Enfin il est probable que nous serons très nombreux à nous faire vacciner. Les sondages et la lecture des réseaux sociaux laissaient penser le contraire et le gouvernement en a tenu compte dans sa stratégie de vaccination de départ qu’il a dû rapidement corriger. À l’avenir il ne faudra donc pas gouverner à partir des sondages comme le font depuis des décennies les présidents de la République murés dans le palais de l’Elysée.

Dominique RAIMBOURG, Premier secrétaire fédéral