Édito du 11 mars 2022

 ÉDITO   Macron-candidat, quelle surprise !

Enfin le Président Macron a mis fin à l’hypocrisie de sa posture jupitérienne et consenti un tout petit peu à descendre dans l’arène politique en annonçant sa candidature. Il était temps ! Non pas que le suspens fut à ce point insoutenable mais simplement pour la clarté de la campagne.

Bien entendu le déclenchement par Vladimir Poutine d’une guerre en Ukraine et la crise mondiale qui s’en suit impactent la campagne électorale, il ne s’agit pas de le nier. Oui il est légitime que le Président de la République continue à jouer son rôle sur la scène internationale d’autant que la France préside actuellement le Conseil européen. Mais pour autant, les Françaises et les Français ont le droit à une vraie campagne électorale, à des débats, à une confrontation des projets. C’est la base même d’une vie démocratique saine. Emmanuel Macron en décide autrement. Il refuse tout débat avant le premier tour, il a refusé cette semaine de venir en plateau avec les autres candidat·e·s parler de ses propositions pour les droits des femmes, exigeant qu’on vienne à son QG de campagne l’interroger seul, dans un dispositif privilégié qui lui était uniquement réservé. Le candidat-président ne se mélange pas aux « petit·e·s » candidat·e·s…

Comment alors fixer les grandes lignes de la politique de notre pays pour les cinq ans à venir au terme d’un débat dans lequel le Président de la République s’est volontairement engagé à la dernière minute et se dérobe au débat ?

Saluons l’engagement d’Anne Hidalgo qui continue à faire vivre le débat démocratique et à présenter son programme. Notre candidate à l’immense mérite d’alimenter ce débat et de multiplier les propositions les plus innovantes pour dessiner un avenir fait de plus d’égalité.

A l’occasion du 8 mars, journée internationale pour les droits des femmes, notre candidate a développé des propositions fortes en faveur de l’égalité femmes-hommes et de la lutte contre les violences faites aux femmes. C’est le cas par exemple de la carte réservée aux familles monoparentales pour leur assurer des réductions dans les transports et dans les différents services publics où une contribution est demandée à l’usager. En matière d’égalité salariale, l’inversion de la charge de la preuve est une innovation créatrice. C’est à l’employeur qu’il appartiendra de prouver qu’une différence de salaire est justifiée par une différence objective de poste de travail et non par une discrimination au détriment des femmes.

La proposition d’augmentation du Smic de 200 € net bénéficiera d’abord aux femmes.

La mobilisation d’un milliard d’euros marquera une vraie rupture dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

La campagne présidentielle est loin d’être finie et il nous appartient à toutes et tous de nous mobiliser autour du programme d’Anne Hidalgo. Ne baissons pas les bras mes camarades !

Dominique RAIMBOURG, Premier secrétaire fédéral.