Yannick Vaugrenard : Question d’Actualité au Gouvernement

Yannick Vaugrenard réaffirme sa volonté de faire de la lutte contre la pauvreté, qui est autant sociale que sociétale, une priorité de son action parlementaire.

Non la pauvreté n’est pas une fatalité et la vaincre n’est pas une utopie

 

Ma question s’adresse au Premier Ministre.
La journée mondiale du refus de la misère est précisément célébrée ce mardi 17 octobre. La France classée parmi les pays dits « Riches » n’échappe cependant malheureusement pas à la pauvreté, puisque près de 9 millions de nos concitoyens souffrent de cette situation. Fréquemment, ce sont les mêmes qui ont à supporter la double peine : être pauvres et stigmatisés !
Trop souvent la méfiance, voire la défiance, l’emporte sur la confiance.
Trop souvent il est question d’assistés alors que nous devrions parler d’ayant-droits de notre démocratie.
Trop souvent l’isolement est le compagnon de la misère
Trop souvent les complexités administratives sont les causes du non recours estimé à près de 10 Mds d’Euro par an.
Dans notre France des Droits de l’Homme, un enfant sur cinq est pauvre et même un sur deux dans nos zones urbaines sensibles.
Oui, ceci est condamnable, oui, ceci est intolérable !
Certes, quelques avancées ont eu lieu, nécessaires mais toujours très insuffisantes face à l’ampleur du fléau.
C’est d’un véritable plan de lutte pour l’éradication de la pauvreté dont notre société a besoin. C’est cela qu’il faut mettre en œuvre en liaison étroite avec les associations caritatives et humanitaires, et jamais la lutte contre la pauvreté ne doit servir de variable d’ajustement budgétaire.
Quelle est votre ambition sur cette question majeure qui est autant sociale que sociétale, Monsieur le Premier Ministre ? Quelles mesures comptez-vous prendre ?
Mes Chers Collègues, un illustre prédécesseur au sein de notre Assemblée, Victor Hugo, écrivait : « l’Homme est fait non pas pour traîner des chaînes, mais pour ouvrir des ailes ».
S’attaquer sans relâche à ce drame de la misère, c’est aussi ouvrir un peu plus les ailes de notre démocratie.
Alors, faisons-le !
Yannick VAUGRENARD

> Réécouter sa question d’actualité au Gouvernement