Révision constitutionnelle : Réaction du Premier secrétaire

Le Premier Ministre, Manuel Valls, a présenté mercredi matin devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale, ses réflexions suite au débat sur la révision constitutionnelle.

Lors des consultations engagées par le Président de la République, le Parti socialiste a pu exprimer ses quatre attentes essentielles sur cette révision : D’abord qu’elle permette une véritable union nationale si nécessaire contre le terrorisme, comme l’a demandé le Président de la République lors de son discours devant le Congrès ; Ensuite qu’elle marque la détermination de la nation face aux Français qui portent atteinte aux autres Français ; Enfin qu’elle n’amène à inscrire dans le marbre de la Constitution ni les binationaux, ni l’apatridie.

Le Premier Ministre a fait de nombreuses propositions de nouvelle rédaction. Il a, en particulier, indiqué qu’il n’y aurait pas de référence aux binationaux ni dans la Constitution ni dans la loi. Il n’y aurait pas plus de risque nouveau d’apatridie. Manuel Valls a enfin souligné que ce serait, changement majeur, le juge qui déciderait en dernier ressort.

L’Exécutif, qui a pris aussi en compte les demandes de la droite de voir élargie la déchéance aux crimes et délits les plus graves, tente par là-même de trouver un chemin honorable pour tous, au rassemblement. Le débat parlementaire devra travailler en ce sens.