Remplacement de François de Rugy : L’écologie, n’est hélas toujours pas une priorité du gouvernement

L’écologie n’est décidément pas une priorité de ce gouvernement contrairement aux beaux discours du Président de la République et du Premier ministre.

La nouvelle ministre en charge de l’écologie, Élisabeth Borne, ne sera pas ministre d’État comme ses prédécesseurs. En effet, Nicolas Hulot et François de Rugy bénéficiaient tous deux de ce titre qui envoyait un message certes symbolique mais un message fort sur la prétendue place qu’Emmanuel Macron accordait au sujet. Cette fois le Chef de l’État ne s’en donne même pas la peine.
Non seulement il n’y a plus de ministre d’État en charge de l’écologie mais en plus l’écologie n’est plus un ministère à part entière mais une délégation qui vient s’ajouter à celle de la ministre déjà chargée des transports qui est supposée dorénavant avoir le temps de faire les deux.
Ce choix d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe semble plus que contradictoire avec le signal qu’ils disaient pourtant avoir entendu lors des élections européennes pour faire de la transition écologique une vraie priorité.

Nous ne pouvons que regretter ce manque d’ambition pour faire de la transition écologique un enjeu majeur au coeur de toutes nos politiques publiques. Cette absence d’ambition associée à la régression sociale (baisse de l’ISF, diminution des APL, plafonnement des indemnités prudhommales…) dessine un bilan bien triste du quinquennat en cours. Les collectivités locales ont compris ces enjeux tant environnementaux que sociaux, il est grand temps que l’État et l’Europe en fassent de même !

Dominique Raimbourg
Premier secrétaire fédéral

Bassem Asseh
Porte-parole