Réforme territoriale : nous ne participerons pas à la manifestation du 19 septembre

La réforme territoriale a profondément modifié l’organisation de nos collectivités locales et suscité de nombreuses inquiétudes. Nouvelles compétences, transferts de charges, nouveaux périmètres… autant de facteurs d’incertitudes qui ont troublé les élus locaux dans l’exercice de leurs responsabilités locales. Cette réforme est désormais achevée et permet à chacun de se consacrer pleinement à l’action politique de proximité aux services de nos concitoyens.

Si les compétences et les périmètres ont été clarifiés, l’évolution des finances locales continue d’inquiéter de nombreux élus. Face à ces questionnements, le Gouvernement a décidé de créer un fonds doté d’un milliard d’euros pour soutenir l’investissement public. Un travail de simplification des normes est en cours pour permettre une meilleure lisibilité aux élus des communes et intercommunalités.

Par ailleurs, une réforme de la dotation globale de fonctionnement sera examinée dans le cadre du projet de loi de finances. Le Parti socialiste milite depuis longtemps pour cette réforme afin que la DGF soit davantage garante de l’équité territoriale.

La réforme qui s’esquisse est perfectible et le dialogue avec les représentants des élus doit se poursuivre pour parvenir à un compromis acceptable et utile pour nos territoires.

Mais ce dialogue doit se faire dans un climat serein et apaisé.

À l’évidence la manifestation du samedi 19 septembre, organisée par François Baroin, ne vise ni l’apaisement ni la construction d’une proposition alternative. À quelques semaines des échéances régionales, cette journée s’inscrit plus dans une contestation partisane du gouvernement que dans la défense de nos collectivités.

C’est pourquoi le Parti socialiste ne prendra pas part aux manifestations prévues.

Néanmoins, l’inquiétude des élus sur l’avenir des finances locales doit être relayée rapidement par nos instances. C’est pourquoi le Parti socialiste de Loire-Atlantique va saisir ses parlementaires pour qu’ils portent la voix de nos élus.

Fabrice Roussel, Premier secrétaire fédéral
Arnaud Bourdin, Secrétaire fédéral aux relations avec les élu-e-s