Pour un soutien indéfectible à notre jeunesse

  COMMUNIQUÉ   Pour un soutien indéfectible à notre jeunesse

Le 14 octobre 2020, le Président de la République disait combien « il est dur d’avoir 20 ans en 2020 » poursuivant qu’il « ne donnerait jamais de leçons à nos jeunes » car « Ce sont ceux qui, honnêtement, vivent un sacrifice terrible : des examens annulés, de l’angoisse pour les formations, pour trouver le premier job ».

Au-delà des belles déclarations d’empathie, La fédération de Loire-Atlantique du Parti socialiste s’interroge : quelle réalité, quelles perspectives offre ce gouvernement à cette jeunesse sacrifiée ?

Depuis des mois, la jeunesse de ce pays fait preuve de beaucoup d’abnégation. Confrontée à une situation inédite bouleversant les enseignements depuis le premier confinement du printemps 2020, elle s’est accrochée, soutenue en cela par les professeur·e·s et les personnels d’éducation. Nous mesurons les efforts consentis et tenons à lui exprimer notre solidarité.

Les étudiant·e·s, obligé·e·s pour certain·e·s de cumuler plusieurs activités pour pouvoir se nourrir et vivre décemment, subissent des pertes de revenus considérables du fait de l’arrêt de certaines activités économiques. Les associations d’aide alimentaire sont aujourd’hui assaillies de demandes. Il est temps que le gouvernement apporte des réponses concrètes à cette précarité qui croit de jour en jour.

De plus, la difficulté à trouver des stages, des contrats d’apprentissage, nécessaires à la validation de certains cursus, compromet le parcours scolaire de beaucoup d’étudiant·e·s, qui, inquiet·e·s pour leur avenir, sont de plus en plus nombreuses et nombreux à développer des symptômes dépressifs.

Pour nous, socialistes, le soutien à la jeunesse de ce pays est une priorité, c’est pourquoi nous défendons :
L’instauration d’un RSA dès 18 ans, notamment pour les jeunes en formation, celles et ceux qui sont privés de revenus car ont perdu leur emploi du fait de la crise sanitaire.
Une réévaluation des montants des bourses pour assurer un minimum de vie décent facilitant le quotidien et permettant une vraie réussite scolaire.
Que les étudiant·e·s puissent retourner dans les plus brefs délais, après les vacances scolaires de décembre, dans leurs amphithéâtres ; avec des aménagements respectant les protocoles sanitaires. Il en va de leur réussite et de leur avenir.

Parce que nous croyons en elles et en eux, en leurs valeurs, en leur capacité à penser un monde plus juste et fraternel, nous exprimons tout notre soutien aux jeunes de ce pays et appelons le gouvernement à agir vite !

Dominique RAIMBOURG
Premier secrétaire fédéral

Valérie LIEPPE
pour la Commission éducation de la fédération

Maïwen BLANDIN
pour les Jeunes Socialistes 44