Plan pauvreté annoncé par le Président de la République

  COMMUNIQUÉ   Plan pauvreté annoncé par le Président de la République (13 sept 2018)

Enfin ! Le gouvernement décide de renforcer son action contre la pauvreté et le cruel déterminisme social qui l’accompagne. Tant mieux, je prends ! Tout ce qui permettra de casser l’hérédité de la pauvreté doit être retenu et soutenu, mais nous pouvons faire plus et mieux encore.

En renforçant le droit au logement par un véritable plan Orsec du logement d’urgence (près de 600 sans abris morts dans la rue cette année, c’est insupportable !) ;

En instituant un référent unique pour l’accompagnement des personnes en détresse ;

En simplifiant les procédures par l’institutionnalisation du principe de confiance plutôt que de défiance ;

En généralisant le principe de participation de personnes pauvres aux politiques qui les concernent ;

En assurant un futur revenu universel d’activité décent (qui peut prétendre vivre avec le RSA d’aujourd’hui à 550 € par mois) ?

En instituant un numéro d’urgence – au-delà du 115 – lorsqu’un enfant est dans la rue ;

Auteur de nombreuses préconisations dans le cadre du rapport pauvreté que j’avais élaboré en 2014, je compte bien m’investir et déposer, au Sénat, en liaison avec les associations caritatives et humanitaires, les amendements nécessaires, afin de renforcer et améliorer ce qui nous est proposé aujourd’hui.

En effet, nous nous devons d’être les portes voix de toutes celles et tous ceux qui, parce que frappés par la misère, sont contraints à « regarder la vie passer mais sans y participer ».

Privés de ressources, ils sont aussi privés de parole. Faisons l’effort d’écouter leur silence. Ne détournons pas notre regard.

Yannick Vaugrenard,
Sénateur de Loire-Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *