Panique chez Philippe Boënnec ou les dérives d’un député et responsable départemental de l’UMP

Philippe Boënnec, tout sourire au soir du 2e tour de l’élection présidentielle après le score de Nicolas Sarkozy sur le Pays de Retz, semble pris d’une peur panique depuis dimanche dernier après avoir été devancé par Monique Rabin, candidate socialiste  appréciée de la population.

Pour sauver son poste, ce haut responsable de l’UMP se revendique des mêmes valeurs que le FN et appelle à l’aide sa candidate. C’est la première fois dans l’Ouest de la France, terre modérée et humaniste, qu’un responsable de la droite adopte une telle attitude.

Les électeurs du Pays de Retz, qu’ils soient de gauche ou du centre-droit, n’accepteront pas d’être représentés par un tel homme, prêt à tout pour garder son pouvoir local.

Dimanche prochain, avec Monique Rabin, donnons au Pays de Retz une députée qui représentera dignement ce territoire à l’Assemblée nationale, fidèle à ses valeurs de justice et de tolérance.

Communiqué d’Alain Gralepois, Premier secrétaire fédéral du PS de Loire-Atlantique