L’action du gouvernement en Loire-Atlantique

Depuis un an, les Parlementaires mettent en oeuvre, par leur travail législatif, les premiers engagements du Président de la République.

Lors d’un point de presse cet après-midi, Député-e-s et Sénateur-trice-s de Loire-Atlantique ont rappelé l’ensemble des politiques menées pour redresser notre pays, dans un contexte de crise particulièrement rude.

L’occasion aussi d’expliquer l’action du gouvernement dans notre département, exemples à l’appui, à retrouver ci-dessous.

EMPLOIS D’AVENIR

À ce jour, plus de 200 emplois d’avenir ont été signés dans le département de la Loire-Atlantique, au profit de jeunes éloignés de l’emploi. Plus de 40 % d’entre eux bénéficient à des jeunes des quartiers populaires (ZUS), l’objectif national étant de 30 %, ce qui montre un effort réel des acteurs de l’emploi en faveur des quartiers. Ces emplois concernent les collectivités territoriales et le secteur associatif (dans les domaines du sport, de l’éducation populaire, de la culture, des loisirs…), mais aussi le secteur sanitaire et social, les bailleurs sociaux, les grands opérateurs publics (comme la TAN, la SNCF, La Poste, la CAF…) et le secteur privé (comme Airbus).

Le rythme de prescription s’accroît à la faveur de l’engagement des acteurs de la formation (Région, OPCA, CNFPT…) en soutien au dispositif. Par ailleurs, près de 200 postes sont sur le point d’être pourvus ou en cours de recrutement. Les acteurs du service public de l’emploi (notamment les missions locales et Cap emploi pour les personnes handicapées) se mobilisent pour poursuivre la promotion du dispositif vis-à-vis des recruteurs potentiels mais aussi pour permettre de toucher les publics visés par ce dispositif. Mobilisation également du côté des collectivités, soit en recrutant directement des emplois d’avenir (objectif de 120 pour Nantes métropole et la ville de Nantes, ou encore de 70 pour le conseil général), soit en aidant les associations à en recruter.

CONTRATS DE GÉNÉRATION

Cette mesure innovante a été présenté aux entreprises, chambres consulaires, experts-comptables, partenaires sociaux, acteurs économiques, notamment par Pôle emploi, qui a sensibilisé près de 2000 entreprises de la région. Pour la Loire-Atlantique, plus d’une trentaine de demandes d’entreprises souhaitant mobiliser les contrats de génération ont été adressées à Pôle emploi, soit le nombre le plus élevé de demandes pour un département après Paris.

RÉFORME DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

La réforme, annoncée par le Gouvernement en 2012, est en cours en Loire-Atlantique : une concertation départementale a été organisée fin 2012 dans les deux agglomérations concernées, nantaise et nazairienne, et les partenaires des actuels contrats urbains de cohésion sociale ont entrepris de préparer ensemble les futurs contrats de ville. Ces contrats uniques permettront à la fois de mieux mobiliser le droit commun des partenaires au profit des quartiers et de mieux articuler les volets sociaux (en matière d’emploi, de logement, d’éducation…) et urbains (rénovation urbaine des quartiers) de la politique de la ville, aujourd’hui séparés. La lutte contre les discriminations dans les quartiers est également un chantier qui mobilise les partenaires.

ZONE DE SÉCURITÉ PRIORITAIRE

La ZSP de Bellevue, sur les communes de Nantes et de Saint-Herblain, est opérationnelle et permet de déployer une intervention renforcée (en matière de sécurisation, de prévention, d’investigation) et coordonnée (entre les forces de l’ordre, la préfecture, la Justice, les collectivités, les partenaires du quartier) pour réduire la délinquance de ce secteur.

Le dispositif pourra être amené à se déplacer dans l’espace pour s’adapter à l’évolution de la délinquance. La ZSP, qui a permis à la DDSP de Nantes de bénéficier de moyens spécifiques, est par ailleurs articulée avec le contrat annuel territorialisé signé au niveau de la ville de Nantes.

HÉBERGEMENT D’URGENCE ET FIN DE LA « GESTION AU THERMOMÈTRE »

Dans le cadre du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le Gouvernement a débloqué des moyens (1,2 million d’euros) permettant, à l’issue de la période hivernale, de pérenniser un grand nombre des places qui ont été ouvertes depuis novembre dernier. Ainsi, 254 places viennent désormais s’ajouter aux 2600 places d’hébergement d’urgence fonctionnant toute l’année, soit une augmentation de 10 % des capacités pérennes. De nouvelles places en centres d’accueil de demandeurs d’asile seront également créées. À noter, la mobilisation de l’Évêché et de la ville de Nantes qui ont mis des locaux vacants à disposition de l’État pour créer ces places. L’État lui-même a dévolu un ancien foyer de la PJJ à cette mission d’hébergement d’urgence.

ACCÈS AUX DROITS

La Loire-Atlantique accueille depuis 2012 une expérimentation visant à permettre la réduction du non recours aux prestations sociales, telles que le RSA ou la CMU-C, au moyen d’actions innovantes permettant un meilleur rapprochement entre les CCAS, le conseil général, les réseaux CAF, CPAM, CARSAT, MSA ou RSI. Ces actions, en cours de déploiement, ont vocation à être généralisées au terme de l’évaluation prévue.


>> télécharger le document national « 60 engagements pour la France | Première année »