François Hollande : « ma priorité, c’est l’emploi, mon cap, c’est la croissance »

Invité du JT de France 2 ce jeudi 28 mars 2013, le président de la République François Hollande a réaffirmé avec force l’engagement qui est le sien: remettre la France sur la voie de la croissance. Cet entretien était aussi l’occasion de rassurer une partie de la population sur le cap donné à la politique national.

«Je sais ce que je veux faire, ce que je décide, et où je veux arriver»

François Hollande a tenu à réexpliquer les priorités qui sont les siennes, et surtout, les outils mis en œuvre pour servir sa politique:

  • la banque publique d’investissement «pour apporter des fonds propres aux entreprises»,
  • un effort de 10 milliards d’euros pour les grandes entreprises,
  • l’accord pour la sécurisation de l’emploi,
  • les contrats de génération,
  • les emplois d’avenir.

Les outils sont là, il faut les utiliser pleinement.

Il a toutefois tenu à rappeler que ces mesures ne peuvent porter leurs effets immédiatement :

Je suis président de la République depuis dix mois, pas depuis dix ans. Mais je ne me défausse pas.

Les différentes mesures mises en place par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault permettront de rétablir la croissance en France, et pour le président de la République il s’agit là d’un devoir:

J’ai le devoir de faire sortir la France de la crise.

Le redressement de la France sur la bonne voie

Durant son entretien, François Hollande a fait de nombreuses annonces qui permettront à terme à la France de retrouver une croissance : le redressement de la France passera par l’investissement dans les filières d’avenir, mais également assurer un «secteur du logement dynamique».

  • la dépense publique sera identique en 2013 et 2014, alors qu’elle a toujours augmenté
  • Les dépenses de l’État seront regroupées, permettant ainsi une économie de deux milliards d’euros.
  • Aucun impôt supplémentaire ne sera demandé aux Français
  • Retraites : les personnes ayant cotisé assez longtemps pourront partir à 60 ans. Mais, comme l’a souligné François Hollande, l’espérance de vie s’allongeant, la durée des cotisations devra également s’allonger.
  • Les allocations familiales ne seront pas fiscalisées, mais elles pourront être réévaluées en fonction des revenus de la famille.
  • La taxe à 75% concernera les entreprises, non plus les particuliers.

L’assemblée générale des actionnaires sera consultée sur les rémunérations, et lorsqu’elles dépassent un million d’euros, l’entreprise aura une contribution à payer qui, toutes impositions confondues, atteindra 75%.

  • Un «choc de simplification administrative» pour les entreprises, permettra notamment aux collectivités locales de faire des économies.
  • Le budget de la défense sera le même entre 2013 et 2014.

Le président de la République confirme donc le cap qu’il a donné au début de son quinquennat, et a dévoilé son calendrier :

Deux ans pour redresser, trois ans pour dépasser, aller plus loin.