Faire front républicain dans le Doubs

Dimanche 1er février, le candidat socialiste Frédéric Barbier est arrivé deuxième, derrière la candidate du Front national, lors de l’élection législative partielle organisée dans le département du Doubs.

Tout de suite, les socialistes ont appelé à faire barrage au FN et à faire front républicain, quand il a fallu deux jours pour savoir si l’UMP préférait un député PS ou un député FN.

Et on ne peut pas dire que la position de l’UMP pour le second tour soit particulièrement claire et responsable : c’est non au FN, mais oui à l’abstention pour le faire passer.

Dans notre région, par exemple, selon le candidat UMP aux élections régionales : « le front républicain, c’est le suicide collectif ! » Des propos partagés par Laurence Garnier, chef de file de l’opposition à Nantes.

Christophe Clergeau a réagi :

Bruno Retailleau, en appelant à voter ni PS, ni FN dans le Doubs, marque une vraie rupture avec l’histoire de la droite en Pays de la Loire, teintée jusqu’alors de modération et d’équilibre. C’est une rupture avec les valeurs des habitants des Pays de la Loire qui, de droite comme de gauche, sont très attachés à la fraternité, à la solidarité et au dialogue. Sur le FN, aucune ambigüité ne doit exister dans notre République comme dans notre région. À l’heure où derrière Bruno Retailleau l’UMP s’éloigne de nos valeurs communes, l’heure est venue pour chacun à droite de clarifier sa position ».