Élections sénatoriales : les réactions

La gauche résiste mieux que prévu, il n’y a pas de vague bleue

Malgré l’effet mécanique des élections municipales, qui faisait dire à la droite qu’une Bérézina était annoncée pour la gauche, le résultat marque une belle résistance du Parti socialiste et de ses alliés. Il n’y a pas de vague bleue, la droite est loin de ses espoirs. Avec un groupe UMP qui plafonnerait à 145 sénateurs, il n’y a pas d’effet Sarkozy,  il n’y a pas de majorité UMP au Sénat.

Réaction de Yannick Vaugrenard, Sénateur de la Loire-Atlantique

Une défaite pour la gauche en général et le PS en particulier. Une défaite symbolique pour notre démocratie avec l’entrée du FN. Au delà de l’effet mécanique suite aux élections municipales, il faut plus de lisibilité et de pédagogie dans les politiques actuellement menées et incontestablement aussi une meilleure redistribution des efforts. Le sénat devrait aussi rénover son fonctionnement et son image. Ce n’est pas le futur discours du doyen d’age Serge Dassault, dont l’immunité parlementaire a été levée qui va l’y aider.


Réaction de Michelle Meunier, Sénatrice de la Loire-Atlantique

Les résultats des élections sénatoriales sont maintenant connus, dans la quasi-totalité des départements.

Je me réjouis tout d’abord de l’augmentation du nombre de femmes. 37 femmes ont été élues ce dimanche portant à 84 (contre 80 aujourd’hui) le nombre total de sénatrices, soit un peu plus de 24%. Il y a donc une petite amélioration en faveur de la parité, due principalement à la mise en place du scrutin de liste dans les départements élisant plus de 3 représentant-e-s au Sénat. On aurait pu espérer mieux. On peut sans doute regretter qu’il n’y ait pas eu plus de listes conduites par des femmes, à droite comme à gauche.

L’arrivée de deux sénateurs d’extrême droite est une mauvaise nouvelle pour notre idéal démocratique et républicain. Je ne peux que le regretter. Il faudra, loi après loi, débat après débat, se battre contre leur vision rétrograde de la société et dangereuse pour notre pays.

La droite est en tête d’une quinzaine de sièges semble-t-il, loin de ses espoirs de victoire écrasante. Le passage du Sénat à droite n’est une surprise pour personne, au vu des résultats des municipales de mars dernier et de la défaite de la gauche. On ne peut pas, cependant, parler de « vague bleue ».

La gauche a résisté et on peut noter de belles surprises dans certains territoires, la Gironde par exemple. Elle a même gagné de nouveaux sièges dans quelques départements, comme la Sarthe. Nous sommes ainsi 4 sénateurs et sénatrice socialistes en Pays de la Loire, contre 3 auparavant.

On peut néanmoins regretter le manque de rassemblement et d’unité à gauche qui, comme souvent, a pu nous faire perdre des sièges.

Je souhaite, ce soir, rendre hommage à Jean-Pierre Bel qui aura été un grand président du Sénat, permettant à notre assemblée d’être plus moderne, plus transparente, plus ouverte et pluraliste. Je suis fière d’avoir travaillé à ses côtés durant trois ans. Fière aussi du travail accompli par la majorité de gauche, sur des sujets importants : emploi, développement durable, égalité de droits, solidarités, démocratie locale.

La droite est désormais majoritaire. J’en prends acte bien sûr. Si je ne peux m’en réjouir, je ne peux pas, pour autant, baisser les bras.
Aux côtés du gouvernement, et avec mes collègues du groupe socialiste, nous travaillerons pour faire avancer les réformes dont la France a besoin, en prenant en compte les attentes des territoires et les besoins des habitant-e-s.


Réaction de Jacques Auxiette, Président du Conseil régional des Pays de la Loire

Suite aux élections municipales et à la défaite de la gauche dans de nombreuses communes, les résultats des élections sénatoriales qui se sont déroulées aujourd’hui ne sont pas une surprise pour Jacques Auxiette. Le résultat national confirme la progression de la droite en France qui redevient donc ce soir majoritaire au sein de la Haute Assemblée.

Le président de la Région des Pays de la Loire s’inquiète toutefois « de la progression des élus du Front National qui siégeront pour la première fois au Sénat permettant ainsi au parti de Madame Le Pen d’augmenter encore son audience et de cheminer vers la normalisation à laquelle elle aspire».

En Pays de la Loire, il tient à féliciter la campagne menée par l’ensemble des candidats socialistes dans un contexte difficile pour la gauche tant au plan national que local.

En Sarthe, je tiens à féliciter Jean-Claude Boulard pour son élection : il sera en effet le premier sénateur de gauche sarthois à siéger au Palais du Luxembourg depuis 1968. Ce résultat est dû à son engagement et à la campagne de vérité qu’il a conduite dans ce département.

En Mayenne, je tiens à saluer Jean-Pierre Le Scornet qui a réalisé un score très honorable malgré la perte de Laval aux dernières municipales et qui réunit des suffrages au-delà de son propre camp politique, signe de la reconnaissance des élus locaux pour son action de proximité.

Je veux également saluer l’engagement de Stéphane Ibarra en Vendée qui a mené un combat dont je sais la difficulté face à une droite multiple et divisée.

À quelques semaines de la reprise des débats sur la réforme territoriale et de l’affirmation des compétences des Régions, je souhaite que le changement de majorité sénatoriale ne ralentisse pas ces travaux, dans la perspective des prochaines élections régionales annoncées par le premier ministre pour fin 2015.