Édito du 17 avril 2020

  ÉDITO du journal ENSEMBLE #E282   Incertitudes et espoir

Dans la tourmente, notre parti a décidé d’éviter toute polémique inutile et de tout faire pour unir le pays face à la pandémie. Et c’est sagesse. Viendra ensuite le temps de tirer les leçons et les enseignements. Pour autant nous serons vigilant·e·s, comme nos parlementaires le sont, et nous veillerons à faire cesser les atteintes au droit, notamment du travail dès la fin de la période de crise.

Lorsque vous lirez ces lignes je ne sais pas si un déconfinement même partiel pourra intervenir à compter du 11 mai et quelles seront les étapes pour que le Covid-19 soit en passe d’être vaincu, mais je tiens à saluer les efforts consentis par chacun·e pour collectivement gagner cette bataille. Et malgré cette incertitude, nous avons d’autres motifs d’espoir.

Tout d’abord il y a eu le premier tour des élections municipales. Rien ne garantit que ce premier tour sera validé et que nous pourrons tenir un deuxième tour le 21 juin. Cependant ce scrutin a démontré que nous représentons toujours une force de changement et d’espoir. En dehors de la déception rezéenne, les résultats sont très satisfaisants. Johanna Rolland et David Samzun virent largement en tête à Nantes et à Saint-Nazaire, tout comme Bertrand Affilé à Saint-Herblain, Carole Grelaud à Couëron. De plus Christelle Scuotto aux Sorinières, Fabrice Roussel à La Chapelle-sur-Erdre, Pascal Pras à Saint-Jean-de-Boiseau, Jacques Garreau à Bouaye sont élu·e·s dès le premier tour. Les résultats sont prometteurs sur Thouaré-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire, et Bouguenais, comme de façon un peu différente à Ancenis, à Clisson et à Orvault. Partout dans le département, des listes de sensibilité citoyenne, écologique et solidaire ont vu le jour.

Les Pays de la Loire et la Bretagne ne sont pas en reste : succès de Nathalie Appéré à Rennes, de Stéphane Le Foll au Mans, de François Cuillandre à Brest. Les scores sont aussi prometteurs à Laval et à La Roche-sur-Yon. N’oublions pas dans cet inventaire incomplet les succès d’Anne Hidalgo et de Martine Aubry.
Merci à vous tou·te·s, candidat·e·s et militant·e·s pour votre engagement dans cette campagne. Nous serons prêts le moment venu à refaire campagne.

Par ailleurs, l’après épidémie peut être porteuse d’un grand renouveau. La logique libérale qui réclamait moins d’impôts, moins de dépenses publiques, moins de service public, moins d’hôpital public a été mise à mal par cette crise. Les critères de rigueur budgétaire de l’Union Européenne sont aussi sérieusement écornés. Il va donc nous falloir penser le renouveau autour de quelques grandes réflexions.

Tout d’abord, travailler à une meilleure gouvernance européenne et une plus grande solidarité en espérant vaincre les réticences allemandes et néerlandaises. Ensuite, réhabiliter l’impôt, financeur du service public qui lui aussi doit être renforcé et repensé. En outre relocaliser de l’industrie en France et en Europe et valoriser des circuits courts. Tout ceci devra être fait en renforçant la lutte contre le réchauffement climatique sans tomber dans l’excès inverse d’une déification de ladite nature.

Enfin, il nous faut mener une réforme institutionnelle. La concentration des pouvoirs entre les mains du Président de la République a montré ses limites. Tous les Présidents de la V° ont connu soit des mandats ou des fins de mandat difficiles (F. Mitterrand, J. Chirac), soit des échecs électoraux (V. Giscard, N. Sarkozy, F. Hollande). Le retour du pouvoir vers le Parlement et le Premier ministre doit être combiné avec la recherche de plus de démocratie participative.

Cette liste des tâches nécessite un renouveau des forces politiques et la construction d’alliances inédites. Ensemble, commençons à penser le monde de demain.

Dominique RAIMBOURG
Premier secrétaire fédéral