Édito du 27 mars 2020

  ÉDITO   Résistance et vigilance

Plus de 3 milliards d’humains sont appelés à se confiner dans le monde pour résister à cette pandémie mondiale du COVID 19. Cette mesure permet aux hôpitaux d’étaler dans le temps l’arrivée des cas graves. Elle sauve des vies en attendant que nos organismes légèrement contaminés fabriquent les anticorps à même de faire reculer l’épidémie. En attendant également l’arrivée d’un vaccin que nous allons collectivement trouver. Soyons attentifs donc à bien résister.

Rendons hommage à celles et ceux qui résistent en première ligne : les soignant·e·s d’abord, mais aussi toutes celles et tous ceux qui assurent les fonctions essentielles : policier·e·s et gendarmes, caissier·e·s, routier·e·s, agriculteurs·trices, éboueur·e·s, les bénévoles des associations et les agents des services publics nécessaires.
Soyons aussi vigilants : les aménagements du droit du travail ne doivent en aucun cas se prolonger après la fin de cette crise. Mais cette vigilance doit aller au delà : tout ne peut pas redevenir comme avant. Il faut nous redonner des capacités de produire en France ou en Europe des médicaments, du matériel. Il faut construire un État qui anticipe plus et une Europe qui protège mieux.

Notre tâche est immense. Nos sénateurs·trices et nos député·e·s s’y emploient, comme notre direction nationale. Nous nous y efforçons aussi dans notre fédération. Le matériel a été déménagé et les permanent·e·s télétravaillent. Nous réussissons à publier notre infolettre hebdomadaire. Nous avons programmé la sortie du journal Ensemble dans le courant du mois d’avril. Le Secrétariat fédéral s’est réuni en visioconférence et nous programmons un bureau fédéral toujours en visioconférence.

Dominique RAIMBOURG, Premier secrétaire fédéral