Édito du 19 février 2021

  ÉDITO  Portons le débat à gauche !

La semaine dernière, notre fédération a organisé sa première « Visio du projet ». Il s’agit d’un cycle d’entretiens qui vise à enrichir et alimenter le débat d’idées à Gauche. C’est un enjeu essentiel pour le Parti socialiste et pour la gauche dans sa diversité : savoir se questionner, comprendre le monde et ses enjeux, confronter les points de vue, réaffirmer ses valeurs et se réinventer.

Dans un enchevêtrement de crises sanitaires, sociales, économiques, écologiques, démocratiques, dans une société des fake-news et des colapsologues, si la gauche veut peser lors de la présidentielle de 2022 et nous sortir du duel annoncé Macron/Le Pen qui arrangerait tant les deux intéressés alors il nous faut construire une offre politique solide, claire, à même de susciter l’envie et l’adhésion des Français·e·s. Modestement, à notre niveau, notre fédération veut y contribuer.

Pour ce premier rendez-vous nous avons choisi de parler d’écologie en invitant Yannick Guin, Sophie Normand et Nicolas Robin, les auteurs de l’ouvrage « L’éco-socialisme. Repère pour des temps troublés et confus ». La transition écologique, la lutte contre le réchauffement climatique sont les défis principaux de demain car c’est l’avenir de l’humanité entière qui se joue.

Nos échanges ont été riches, ils ont permis d’aborder des questions aussi diverses que la peur du déclassement, les affrontements de classe, le rapport à la mondialisation, la réhabilitation des sciences et du progrès, la philosophie des lumières, la lutte contre tous les obscurantismes, la place des citoyen·ne·s dans une démocratie renouvelée, les questions de croissance et de décroissance, la calcul de la croissance, les réfugiés climatiques, la fiscalité écologique, la production de valeurs pour pouvoir redistribuer et assurer les solidarités collectives, l’accès aux biens communs.

Nous ne devons pas nous contenter d’une vision morale mais bien nous dire que nous avons encore des marges de manœuvres pour empêcher le pire d’arriver. Notre histoire, notre expérience nous sert de boussole pour dire que ces transitions ne doivent pas se faire sur le dos des plus modestes. Cette transition doit bénéficier à tous.

Socialistes donc écologistes, nous sommes conscients de l’urgence environnementale, à la fois croissants et décroissants, favorables aux sauts technologiques, aux biens communs, campés sur la philosophie des lumières et viscéralement attachés aux grandes valeurs régaliennes : la démocratie, la laïcité, la République.

Dans sa diversité, à la tête de nombreuses collectivités locales, la gauche démontre qu’elle peut trouver les bons chemins et les bons compromis pour agir efficacement. Les mois devant nous doivent être utiles pour y parvenir.

Dominique RAIMBOURG, Premier secrétaire fédéral

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *