Édito du 15 mai 2020

  ÉDITO   L’hôpital public n’a pas besoin de médailles mais de moyens !

La crise sanitaire a durement éprouvé les services hospitaliers. Les personnels soignants et non soignants, sous pression, épuisés, ont fait face. Alors, ils n’auront pas manqué d’apprécier à leur juste valeur les propositions du Gouvernement : des médailles le 14 juillet, des primes exceptionnelles et des chèques vacances offerts par les salarié·e·s des autres secteurs !

Évidemment la reconnaissance même symbolique est importante, à l’instar des Français·e·s chaque soir à leur fenêtre à dire merci à celles et ceux qui ont permis que l’hôpital public tienne bon. Mais on n’attend pas du Président de la République un simple geste symbolique. On attend du Chef de l’État qu’il prenne réellement la mesure des besoins et de la crise que traverse notre système de santé. On attend qu’Emmanuel Macron ouvre des négociations pour revaloriser les carrières à commencer par les plus bas salaires des personnels de santé, qu’il réponde concrètement à la demande de moyens humains et matériels et qu’enfin l’approche comptable ne soit pas le seul paramètre d’une bonne gestion de notre système de santé.

L’épidémie de Covid-19 ne révèle rien, ces difficultés étaient connues, depuis des mois les mouvements sociaux se multipliaient pour appeler le gouvernement à prendre conscience de la situation. Cette crise ne fait que confirmer ce que les personnels de santé exprimaient déjà avec force sans être entendus. Espérons qu’ils et elles soient enfin entendu·e·s !

Olivier Chateau, Secrétaire général.