Édito du 04 septembre 2020

  ÉDITO   Construire ensemble la gauche d’après

En cette rentrée, deux événements nous donnent du baume au cœur. Tout d’abord la réussite des « Rendez-vous de la gauche d’après » organisés à Blois le week-end dernier et le discours de clarification, de mobilisation et de rassemblement d’Olivier Faure notre Premier secrétaire.
Face aux crises sociales, économiques et climatiques, face aux inégalités et aux souffrances qu’elles engendrent, il y a urgence. Il a évoqué les changements que nous sommes tenus d’opérer pour être à la hauteur des défis de notre temps.

Il est nécessaire, de « ré-humaniser notre monde » notamment en intégrant notre relation à la nature et aux technologies. L’aspiration ne peut se limiter à augmenter les richesses et mieux les partager mais intégrer que le « gâteau » à partager est aujourd’hui lui-même menacé de disparition. Dans le même temps, il faut se souvenir que l’humain n’est pas un intrus dans la nature, qu’il ne faut pas la déifier car pour nous socialistes, notre écologie c’est l’humanisme !

Par ailleurs, il plaide pour un·e candidat·e commun·e à la présidentielle de 2022 tout en précisant qu’il ou elle « ne sera pas écologiste, ne sera pas socialiste, ne sera pas communiste, ne sera pas insoumis, ne sera pas radical. Il/elle portera tout cela à la fois ou ne sera pas le/la candidat·e commun du bloc social et écologique ». Sans quoi il/elle ne gagnera pas.

Olivier Faure a appelé en conséquence à préparer des rassemblements pour préparer les régionales et les départementales du printemps. La fédération a entamé cette démarche et discute avec les autres partis de gauche et les écologistes. Une voie est donc possible pour échapper à un affrontement Le Pen contre Macron au second tour des élections présidentielles de 2022.

Le deuxième événement est la mise sur pied de listes communes de gauche et des écologistes pour les sénatoriales de ce mois de septembre dans les départements où les sénatrices et sénateurs sont renouvelables, (ce qui n’est pas le cas en Loire-Atlantique). Des listes communes ont été signées dans le Bas-Rhin, dans le Calvados, dans le Vaucluse et je l’espère ailleurs. Nous ne sommes pas naïfs au point de croire que c’est facile et acquis partout, mais le mouvement est lancé. À nous de l’amplifier.

Bonne rentrée à toutes et à tous.

Dominique RAIMBOURG, Premier secrétaire fédéral