Édito du 03 juillet 2020

  ÉDITO   Élections municipales : la renaissance

Ces élections municipales ont été une très bonne séquence en Loire-Atlantique et globalement dans tout le pays. C’est le fruit du sensationnel travail des militant·e·s. Quel parti, quelle force politique peut ainsi mobiliser autant de forces sur le terrain ? Sachons le mettre en valeur et soyons collectivement fiers de ces actions militantes.

Soulignons les formidables succès à Nantes, à Saint-Nazaire, à Saint-Herblain. En outre, la gauche se renforce à Nantes Métropole et à la Carène. Réjouissons-nous des victoires à Sainte-Luce-sur-Loire, à Orvault et à Thouaré-sur-Loire qui passent à gauche, comme Ancenis et Le Loroux-Bottereau. Et bravo à nos camarades qui ont porté les couleurs de la gauche dans des territoires très ancrés à droite, comme à La Baule-Escoublac par exemple.

La victoire ne va pas sans regrets. L’abstention nous oblige à travailler sur la crise de notre démocratie. Vif regret ensuite de nos échecs à Rezé et à Bouguenais malgré l’engagement des militant·e·s. Dans cette dernière ville nous avons joué la carte de l’union en vain dès le 1er tour. Un accord de 2nd tour conclu à la dernière minute entre trois listes qui se sont affrontées au 1er n’a pas réussi à convaincre les électeurs. Il faudra se souvenir de cette leçon.

Cette dernière remarque illustre d’ailleurs l’importance du rassemblement. C’est l’alliance sociale et écologique qui a permis le succès de la gauche et de l’écologie à Paris, à Rennes, à Nancy, à Montpellier, à Bordeaux, à Lyon, à Marseille… Ce bloc social écologique, comme l’a exposé Olivier Faure au dernier Conseil National est la seule issue pour espérer des conquêtes départementales et régionales en 2021 et une alternance en 2022. Cela ne doit pas signifier céder notre place, mais construire les conditions d’une union en y prenant une juste place. Ce qui est différent…

Dominique RAIMBOURG, Premier secrétaire fédéral